Les solutions – PNEUMATIQUE


La préparation du caoutchouc

Les besoins : 

Le caoutchouc, principal élément constitutif du pneu, est issu d’un mélange de caoutchouc « de base », de noir de carbone, et d’autres composants destinés à apporter des caractéristiques chimiques ou mécaniques particulières (antioxydants, agents de vulcanisation, pigments, plastifiants, etc.). L’ensemble de ces éléments est dosé puis introduit dans un malaxeur Banbury pourcréer un mélange homogène, avant d’être extrudé et calandré.
Ces matériaux, susceptibles d’être utilisés sous forme pulvérulente, polluent l’ambiance des ateliers et mettent en danger la santé des opérateurs.

Pour pouvoir être travaillé efficacement, le caoutchouc doit être chauffé suffisamment. Les équipements utilisés, notamment les malaxeurs et les extrudeuses, entraînent d’importants dégagements de chaleur, qui doivent être compensés afin de maintenir des conditions d’ambiance adaptées au travail des opérateurs.

 

  

 


La solution France Air : 

Pour assurer une ambiance aussi peu polluée que possible, il est recommandé de prévoir un système de captage enveloppant au voisinage immédiat du malaxeur qui permettra de capter les vapeurs issues du caoutchouc chauffé.
Ces matériaux, susceptibles d’être utilisés sous forme pulvérulente, polluent l’ambiance des ateliers et mettent en danger la santé des opérateurs. La mise en place de systèmes de captage au plus prèsdes sources d’émission permet :
• de garantir des conditions de travail conformes au Code du Travail,
• de respecter les limites d’émissions de COV,
• de limiter la dissémination des polluants et de faciliter leur traitement,
• de limiter les débits à mettre en oeuvre pour l’apport d’air de compensation,
• de conserver un niveau de productivité constant.

Le réseau d’extraction à débit variable
Dans les ateliers au sein desquels les sources de pollution sont multiples, la mise en place d’un réseau d’extraction à débit variable permet d’asservir le fonctionnement de l’installation aux besoins de captage à un instant donné. Les opérateurs sont alors toujours protégés, quel que soit leur poste, tandis que la consommation énergétique de l’atelier est réduite au strict minimum.


De l’air frais doit être introduit dans les ateliers afin d’abaisser la température d’ambiance, d’assurer les conditions de travail conformes au code du travail et d’assurer la compensation en air extractions particulières.

Les polluants, en fonction de leur sens d’émission, sont captés par les Avaloirs ou les Dosserets. Le transport de l’air poussiéreux est réalisé par un ventilateur de la gamme Oméga (version ATEX en cas d’atmosphère explosive).
L’air est épuré par un dépoussiéreur à cartouche Titanium.
La compensation d’air est réalisée par des diffuseurs à déplacement d’air VAZ ou QAZ. L’air introduit peut être rafraîchi par des Montana (rafraîchisseurs d’air adiabatique). 

 

 

     
 Omega VAZ Montana
     
 
Trapp’air
 Titanium C2 autonome