Les solutions – Plasturgie

 


Les zones de finition

Les besoins : 

Certaines pièces en matière plastique, notamment celles en polyesters stratifiés, requièrent des travaux d’usinage pour parvenir à leurs formes définitives. Ces opérations (découpe, perçage, etc.) génèrent des poussières qui doivent être captées au plus près des sources d’émission, afin d’empêcher leur inhalation par les ouvriers.
En adoptant, des équipements de captage à la source (raccord sur capotage des machines, bras d’aspiration), les débits d’extraction à mettre en œuvre seront limités.

 

  


La solution France Air : 

Le choix des équipements mis en oeuvre pour le captage des polluants dégagés par les opérations de finition doit être effectué en tenant compte :
du type d’outil utilisé : lorsque les opérations sont réalisées à l’aide de machines-outils, il est préférable de capoter entièrement la zone d’émission des poussières.
Le captage est alors optimal avec une dispersion des poussières quasi-nulle. Si les finitions nécessitent l’emploi d’équipements portatifs, l’utilisation de bras d’aspiration permet de positionner la bouche de captage au plus près de la source d’émission des polluants.
de la taille de la pièce traitée : selon l’encombrement des pièces, l’utilisation de bancs d’aspiration offre une importante efficacité de captage. Utilisés comme plans de travail, ces bancs offrent toute la liberté d’un plan de travail conventionnel, en permettant le captage sans provoquer de gène pour l’opérateur, ni de modification des procédures existantes. Dans les cas ou ces opérations ne peuvent être effectuées à postes, les épurateurs mobiles permettent d’assurer la dépollution de l’air aspiré avant recyclage.
du risque d’explosion : les poussières mais également les vapeurs issues de la dégradation thermique des pièces en matériaux plastiques, sont susceptibles de favoriser la formation d’atmosphères explosives. Ce risque doit être intégré dès l’étude des solutions envisagées pour la dépollution des postes de travail, de manière à mettre en oeuvre des équipements répondant à la directive ATEX.
Dans l’idéal, les poussières captées sont ensuite transportées dans le réseau d’aspiration à une vitesse comprise entre 18 et 23 m/s pour être finalement collectées à l’aide d’un dépoussiéreur situé à l’extérieur des ateliers. Ce dernier, selon la nature des poussières traitées, pourra être équipé ATEX.

La captation des polluants se fait à l’aide de bras d’aspiration Carapace ATEX ou de Dosserets d’aspiration. Le transport de l’air poussiéreux est réalisé par un ventilateur de la gamme Oméga, dans sa version ATEX si les zones comportent des risques d’explosion.
L’air est épuré par un dépoussiéreur à cartouches Titanium qui existe aussi dans une version ATEX.

NB : une extraction doit être obligatoirement compensée par une amenée d’air pour fonctionner.

 

       
 Carapace Atex Omega Trapp’air H
 Titanium C2 Autonome